Bella muerte : le livre d’une de mes abonnées

Anna est une de mes abonnées. Elle me mentionne régulièrement sur Twitter et j’avoue que j’aime bien stalker…

Du coup j’ai vu qu’elle sortait son livre Bella Muerte en auto-édition. Je lui en ai parlé et elle me l’a offert en epub. C’est donc mon premier service presse sur le blog !

Je suis super heureuse que se soit avec une abonnée !

Lire la suite « Bella muerte : le livre d’une de mes abonnées »
Article mis en avant

Destinée, tome 9 de la Maison de la Nuit

Les derniers tomes m’avaient assez déçus. J’espérais vraiment qu’avec ce tome, nous allons remonter la pente et avancer un peu plus dans l’histoire car j’ai vraiment l’impression de faire du surplace avec cette histoire.

Alors va-t-on enfin avancer dans ce tome ?!

Résumé

Je ne vais pas vous mentir, je me souviens vraiment pas du résumé de ce tome alors que je l’ai lu il y a deux semaines…

Zoey a enfin décidé de faire bande à part avec les novices rouges et ils habitent donc dans les sous-sols de la gare. Ils continuent cependant d’aller en cours dans la maison de la nuit.

Pendant ce temps, Neferet est plus puissante que jamais mais elle devra subir la présence de Thanatos, une grande prêtresse vampire du Conseil et de Kalona qui veut se venger.

Tome 10 de La maison de la nuit, Destinée
Bof, je préfère les filles ^^’

Mon avis

C’est pas possible ! ça n’avance pas ! Je vous jure, je m’ennuie ! On avance pas, ça traîne, on termine le livre et on n’a toujours pas avancé ! J’ai envie de combat, de retournement de situation mais non, c’est juste long.

Il ne reste plus que 3 tomes et j’espère vraiment qu’ils seront plus dynamiques et où on va enfin avoir le fin mot de l’histoire.

C’est dommage ça avait super bien commencé mais j’ai l’impression que les auteurs ont signé pour un nombre précis de tome et qu’elles meublent jusqu’au tome final.

J’attends de voir la suite mais j’avoue que je n’attends plus rien de cette saga.

Conclusion

Un peu mieux que les autres mais je m’attends à mieux. Beaucoup mieux.

Lire le tome 9 de La maison de la nuit, Destinée

Grand Format : https://amzn.to/2H5kuX5

Format poche : https://amzn.to/2RgQlbT

Format électronique : https://amzn.to/2Cdfk5n


Aquaman : une jolie surprise

Lors de mon séjour à Montpellier, je suis allée au cinéma avec mon père, sa chérie et mon petit frère. Ils ont une carte cinéma et ils y vont régulièrement.

Je suis allée au CGR qui ont une salle INE, un grand écran, des sièges qu’on peut légèrement basculer et sur les côtés, il y a des bandes de couleur qui s’allument et changent de couleur en fonction des moments du film.

J’étais donc dans de très bonnes conditions pour regarder ce film !

Lire la suite « Aquaman : une jolie surprise »

Ashes falling for the sky : le nouveau roman de Nine Gorman et Mathieu Guibé

J’avais lu Le pacte d’Emma de Nine Gorman et j’avoue que j’avais été très déçu. Malgré une écriture simple et addictive, l’histoire avait été simple, elle manquait d’originalité. C’était un mélange de plusieurs best-sellers et il ne dégageait pas d’âme particulier.

J’étais assez septique sur la sortie d’Ashes falling for the Sky en me disant que le fait d’écrire à deux pouvait amener de nouvelles idées. Est-ce que Mathieu Guibe va changer la donne ?

Lire la suite « Ashes falling for the sky : le nouveau roman de Nine Gorman et Mathieu Guibé »

Beautiful Oblivion : Les frères Maddox : coup de coeur

Après avoir lu Too Late de Colleen Hoover, j’avais besoin d’une histoire pas glauque et bizarre. Il me fallait quelque chose de doux, de mignon, qui m’aurait enveloppé comme une bonne couverture quand il fait orage dehors (oui je suis poète à mes heures perdues).

J’ai donc pris une valeur sûre, Les frères Maddox, la suite de Beautiful Disaster de Jamie McGuire.

Lire la suite « Beautiful Oblivion : Les frères Maddox : coup de coeur »

2018

Salut 2018,

On ne va pas se mentir, je ne t’aime pas. Tu m’en as fait bavé, oh Dieu sait que tu m’en as fait voir de toutes les couleurs… Il y a eu tellement de changements cette année ; nouveau taff, rupture, déménagement et disparition d’un de mes chats… Tu n’as pas été tendre avec moi…

Je m’en suis tellement pris plein la gueule que je me suis demandé à un moment si je n’étais pas devenue ton punching ball attitrée.

Alors oui, je ne peux pas me plaindre, cela aurait pu être bien pire, bien plus douloureux et plus tragique mais pourtant je t’en veux… Je t’en veux car tout est arrivé en même temps, ou en un temps trop bref… Je n’avais pas le temps de me relever d’un problème qu’un autre me tombait dessus.

Je ne t’aime pas est un euphémisme, je te déteste 2018.

Je n’ai vécu que vingt-trois années sur cette planète, je me souviens pas des premières et j’ai que des souvenirs flous de celles qui ont suivi mais je pense que je peux te compter parmi les pires années que ma maigre existence aie connue.

Tu ne m’as rien épargné mais heureusement que j’ai pu compter sur ma famille et mes amis. Je ne les remercierai jamais assez d’avoir été là, chacun à leur manière, d’avoir pu me soutenir, d’avoir eu un mot, un geste… Certains ont eu plus d’impacts.

Je pense à A qui m’a fait ouvrir les yeux sur ma relation avec mon ex… Pourquoi lui ? Tout le monde m’avait dit d’arrêter avec mon ex… Il n’a jamais été un homme bien avec moi, tout le monde me disait que je méritais mieux. Alors pourquoi, toi, A, tu as réussi à me faire ouvrir les yeux ? Peut-être parce qu’on se ressemble trop, trop semblable, tes paroles ont résonné comme si c’était moi qui les prononçait. Je me voilais la face et tu as su ouvrir mes yeux.

Moi, cette fille aux multiples projets, qui s’investit plus dans Youtube que dans son couple, qui faisait des soize dix heures semaine pour arriver à tenir toutes ses passions en plus de son taff… J’ai compris que si j’avais autant de projets, c’était pour me sentir vivante, pour oublier que je vivais en colocation avec de temps en temps du sexe avec un homme qui ne me voyait pas… pire qui me reprochait mes passions… et qui avait pour effet de m’investir plus encore dedans…

A, tu as été le déclencheur mais au fond de moi, je le savais tout ça… Parce que se faire rabaisser sans cesse, parce qu’entendre que tu dois changer pour mieux convenir à l’homme qui t’aime, parce que recevoir des insultes quand il est en colère… ce n’est pas normal et ça ne l’a jamais été.

Mais amoureux, on ferme les yeux, après tout, c’est uniquement quand il est en colère et qu’il me hurle dessus. Après il vient s’excuser, il me dit qu’il m’aime, que je suis la femme de sa vie et qu’il va faire des efforts et toi tu le crois… jusqu’à la prochaine crise. Non il ne m’a jamais frappé mais ce schéma me rappelle tellement les femmes battues qui ne cessent de trouver des excuses à leurs compagnons violents. En aucun cas, je dis que j’ai été une femme battue, ça serait un mensonge. Mais parfois les mots font aussi mal que des coups.

Amoureuse, je ne voyais rien, mais quand on entend qu’on doit s’endurcir au sein même de sa relation eh bien… on s’endurcit et l’amour s’envole au fur et à mesure des mots horribles qui sort de la bouche de l’homme qui jure vous aimer…

Youtube qui fut un temps mon refuge s’est révélé aussi être très éprouvant… Bon sang qu’est-ce que je m’en suis pris plein la gueule… sous couvert de “commentaire constructif”, cela n’a été que des reproches mais formulé sans insultes… donc c’est constructif. Non. Cela fait trois ans que je suis sur Youtube, des commentaires haineux, des commentaires constructifs, des commentaires de soutien, j’en ai eu. Je sais faire la différence quand je reçois des commentaires pour me faire évoluer. Celui-ci n’était pas sympa. C’était juste pour me démolir, pour qu’une fois de plus, je change, car je ne corresponds pas à l’image que les gens se sont faites de moi.

Pourquoi les gens veulent toujours changer les autres ?

Pourquoi les gens veulent toujours me changer ?

J’ai cette impression que quoique je fasse, les gens me reprochent toujours d’autres choses. J’ai beau faire tous les efforts du monde pour leur plaire, ils ne sont jamais satisfaits. Car au final, je ne pourrai jamais être à la hauteur de la version idéalisée qu’ils ont de moi.

Et je me suis dit qu’il y avait tellement d’autres personnes qui m’aimaient. Mon mec ne m’aimait pas réellement, mais j’avais ma famille, mes amis. Une ancienne sponsor ne m’appréciait pas, mais j’avais des tas d’autres abonnés qui étaient heureux de me voir naturelle, vulgaire et juste moi ! La seule chose à faire, c’était d’ouvrir les yeux, de ne pas se laisser atteindre par des personnes “qui vous veulent du bien”. J’ai des personnes qui me veulent du bien, et jamais, jamais, elles ne m’ont rabaissé, jamais elles ne m’ont détruites.

2018, tu m’auras appris ça : à voir qui sont les bonnes personnes.

Quand tu ne vas pas bien, qu’un de tes amis par internet le sait et qu’il ne prend aucune de tes nouvelles… lui… qui s’est retrouvé presque à deux doigts de se virer de son taff et que t’as soutenu en faisant les recherches pour lui… et qui ne daigne même pas te demander comment tu vas… C’est pas un ami ça, c’est un profiteur.

Profitons des gens sympas qui sont là quand ça va pas, et surtout, enfonçons les quand ça ne va pas.

Cela m’aura permis de voir qui sont mes amis sur Internet. Et je ne vais pas vous mentir, il n’y a qu’une seule personne que je considère comme une vraie amie aujourd’hui : Noémie.

Je suis heureuse d’avoir croisé ta route. Vraiment. T’es une fille en or, et tu ne sais pas à quel point avoir tes petites messages m’ont remonté le moral. Même si je ne t’ai vu qu’une seule fois en vrai, je peux le dire, je te considère comme une vraie amie. Tu as été là, tu m’as épaulé dans les moments difficiles, tu m’as apporté ton avis sans jamais me juger, et pour ça, merci.

2018, tu m’as forcé à prendre définitivement mon indépendance. Aujourd’hui, j’ai mon appartement, à mon nom. A mon nom seul. La voiture arrive, et bientôt, elle aussi, il n’y aura que mon nom dessus. Je serai réellement indépendante.

Aujourd’hui, personne ne m’engueule quand je ne fais pas la vaisselle. Le frigo est vide mais j’ai la flemme de faire les courses, pas grave. Je sors trop ? Je m’en fous, personne ne me demande des comptes. Je me sens libre. C’en est grisant. Je sais que parfois la solitude va se faire ressentir mais j’ai des amis et je sais sur qui je peux compter.

Cela a toujours été ma plus grande peur : de vivre seule. Pourtant, je ne me suis jamais sentie aussi libre depuis que je vis seule. Déjà, je ne me sens pas vraiment seule, j’ai Stram. Faut dire qu’elle est bruyante… elle, elle a beaucoup plus de mal à se faire à l’appartement. Tweet me manque. C’est le gros point noir de cette année : ne pas savoir si elle va bien. Cela a vraiment été la cerise sur le gâteau de cette année merdique que tu es, 2018.

Mais 2018, tu m’as permis aussi de découvrir qui j’étais. Quand je vois l’enchaînement de certains problèmes, quand je sais que certains auraient juste baissé les bras… pas moi. Je me suis découverte une force de caractère que je ne pensais pas. Quand on ne cesse de vous rabaisser, vous finissez par l’intégrer, par penser que vous ne valez rien. Ce n’est pas le cas. Je suis forte. Je n’ai jamais baissé les bras, j’ai toujours tenu bon. J’ai réussi à faire semblant que ça allait pendant un mois et demi sur Youtube alors que c’était horrible au taff, à la maison et qu’en plus, je me tapais des putains de commentaires pseudo constructifs sous mes vidéos. Et j’ai survécu.

J’ai survécu à l’ex qui te plante avec la maison alors que tu restais pour l’aider. J’ai survécu à mon déménagement et à la disparition de mon chat. J’ai survécu aux réparations de ma voiture. J’ai survécu au deux mois de retard de salaire pendant mon déménagement.

J’ai survécu. Je m’accroche, je reste fixée sur mon rocher, je serre les dents, je rentre la tête et j’attends que ça passe. J’arrive même à faire ça avec le sourire.

2018, je te déteste. Tu as été horrible. Tu m’as changé. Tu m’as ouvert les yeux. Tu auras été horrible pour moi, mais je sais que 2019 sera géniale grâce à toi.

Je n’ai plus un boulet au pied qui m’empêche de me consacrer comme je veux à mes passions. Personne pour me reprocher de passer trop de temps à écrire, faire des vidéos ou juste sortir voir mes amis.

2018 je te déteste et pourtant je t’aime aussi. Tu m’as renforcé, tu m’as fait devenir une personne plus forte. Tu m’as montré que je n’étais pas faible comme on me l’a dit pendant cinq ans. Les épreuves, je les affrontais seule alors que j’étais en couple, pire, on m’enfonçait. Maintenant, les épreuves, je ne les affronte plus seule, j’ai des amis, j’ai ma famille. Je suis entourée. Merci pour ça.

2018, tu représentes le changement. Nécessaire mais douloureux. Tellement difficile mais si bénéfique. Grâce à toi, je n’ai pas peur de 2019. Il ne pourra pas être pire que toi.

Au revoir 2018,

Salut 2019,

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑